Le village d’Agnam Lidoubé

Le village d’Agnam Lidoubé, comme tout les villages de la moyenne vallée du fleuve Sénégal, tirait ses subsistances de l’agriculture du Waalo (zone inondable) et du Jeeri (zone cultivable pendant la saison des pluies). L’élevage et la pêche complétaient les revenus des familles.

Mais depuis les années 1970, début de la sécheresse et de la désertification, l’environnement s’est appauvri et a perdu tout son potentiel pour faire vivre ses habitants causant l’appauvrissement le départ en émigration de tous les hommes adultes.

Par conséquent, les femmes sont devenues les principales actrices pour assurer la continuité de la vie du village dans tous les domaines : social, éducation, santé et économique. Les populations vivent à 90 % des produits alimentaires importés et des envois des migrants.

En 1998 les ressortissants du village en France se sont mobilisés pour mettre en place une organisation permettant d’aider efficacement les familles restées au pays grâce à la réalisation de projets socio-économiques : adduction d’eau, construction d’école, de centre de santé, modernisation du maraîchage, réfectoire pour les enfants de l’école, etc.

Aussi une caisse de micro-crédits a été créée et gérée principalement par ces femmes, pour permettre aux porteuses et porteurs (plus de 78 femmes et 25 jeunes, emprunteurs) de petits projets d’avoir de micro-financement.

Cette caisse de micro-crédits, comme le jardin maraîcher du village créée en 2000, permet aux femmes et aux jeunes du village d’exercer des petites activités génératrices de revenus donc d’améliorer leurs conditions de vie.

Aussi, l’association a mis en place à Agnam, le groupement d’intérêt économique « GIE JAM-JAM » devenu le point focal de tous les projets ainsi qu’une caisse villageoise pour financer des projets locaux.

Depuis 2014, le village d’Agnam, ADSCAL et leurs partenaires se sont donnés comme objectif principal de faire d’Agnam Lidoubé un exemple aussi en matière de mise en place et changement d’échelle de projets économiques dans le village pour faire d’Agnam Lidoubé, un modèle en matière d’activités de gestion des biens publics et de développement économique local.

Côté Culture…

FILMOGRAPHIE ET PRIX - RÉALISATEUR ALASSANE DIAGO

 

La Vie n’est pas immobile, 59′, 2012
– Grand prix du jury de la compétition internationale, Escales documentaires, La Rochelle.
– Prix Hors Frontières, festival international Traces de Vies, Clermont Ferrand

C’est l’histoire de femmes : mères de famille, épouses, femmes travailleuses et acharnées. Pour certaines, le mari a immigré ; pour d’autres, il est tout simplement inactif ou immobilisé par une maladie incurable. C’est l’histoire des femmes qui, regroupées et mobilisées pour la survie de leur foyer, sont fatiguées et habitées par un fort désir de dénoncer l’injustice et la soumission que leur impose la minorité des hommes qui les dirigent. Houlèye est l’une d’entre elles. Elle pleure, rit mais ne veut surtout pas être prisonnière de son passé.

Les larmes de l’émigration, 80′, 2010
– Grand Prix du meilleur documentaire, Festival de Cine Africano, Tarifa 
– Grand Prix du public pour le meilleur long métrage documentaire, Festival International du Film Francophone de Namur

Les méandres de la vie d’une mère, celle du réalisateur Alassane Diago, qui depuis 20 ans attend vainement le retour de son mari qui a émigré vers la France.

FILMOGRAPHIE ET PRIX - RÉALISATEUR CHANTAL RICHARD

2004 : Lili et le baobab

À 33 ans, Lili débarque pour la première fois de sa vie en Afrique, à Agnam, un village sahélien du Sénégal. Elle est chargée par la mairie de sa ville de photographier des équipements financés par le jumelage municipal. Si l’affection immédiate et la curiosité qu’elle suscite l’intriguent, Lili ne s’y arrête pas vraiment. Et c’est à son insu qu’une jeune femme de son âge, Aminata, pose les jalons d’une amitié improbable. Pourtant, quand Lili rentre en Normandie, quelque chose s’est fêlé et la projette autrement dans le monde qui était le sien jusqu’alors…

ANS D'ACTION TERRAIN

PROJETS MIS EN OEUVRE

CONTACTEZ-NOUS

28 rue Boucry, 75018 PARIS

 

contact@adscal.fr